October 31 2014 | Last Update on 31/10/2014 11.09.10
Sitemap | Support succoacido.net | Feed Rss |
Sei stato registrato come ospite. ( Accedi | registrati )
Ci sono 2 altri utenti online (-1 registrati, 3 ospiti). 
SuccoAcido.net
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Latest | About Comics | Satire | Comics Rooms | Comics Festivals | Reviews | Comic Strips Gallery | News | Links
Comics - About Comics - Interview | by Emilia Calabria in Comics - About Comics on 07/12/2012 - Comments (0)
 
 
 
Laurent Ambre

Under the pseudonym Ambre, Laurent Sautet created his own magazine Hard Luck in 1991 and the publishing house Terre Noire in 1997. His first work of comics was published in 1996. He adapted Too Loud a Solitude by Bohumil Hrabal in 2003 with Lionel Tran and Goethe’s Faust in 2006 with David Vandermeulen. For the project The Passion of the Anabaptists, he decides to study the woodcuts & etchings of the German Renaissance and to radicalize his approach of comics.

 
 

SA: Who the hell are you?
LA: I don’t know!

SA: Where do you live?
LA: I’m living now in Paris.

SA: How?
LA: I’m librarian in the National Library of France (job: digitalization of musical manuscripts for the site Gallica). I try every day to get up very early to draw before starting work. In the evening I do not watch TV and work again.

SA: Why you have chosen this matters to express?
LA: Making comics is a difficult art: mixing words & pictures, using narration & time. I don’t like to read comics (I think comics are very difficult, complex, to read) but I like to draw comics.

SA: This affection for old-aged things? this stile? 
LA: This stile I’m using now is appropriate for the project La Passion des anabaptistes (Anabaptists’ passion) written by David Vandermeulen, a story which is located in German empire in XVIth century, when Albrecht Dürer, Urs Graf, Hans Holbein, Lucas Cranach… were active.

SA: Sometimes you liked my songs – what role takes up music in your life? 
LA: A big big role; I work hearing music all the time, loud & aggressive music, contemporary music, baroque music… Music interferes with what I’m drawing, in terms of structures, rhythms…

SA: Which emotions are (deep) are adapted in your drawings…
I couldn’t find light…

LA: Light is here, I hope, I think, beyond the dark.

SA: Most of your works a dominated by dark and shadows, why?
LA: I don’t like my drawings, so I hide it, I camouflages, I dig it like a disease.
ÉcouterLire Phonétiquement

SA: Do you believe in god?
LA: Mh… no. But I’m not proud of it. I am passionate about theology & spirituality.

SA: Have you a political core?
LA: Yes, but I don’t show it. I have more questions than answers.

SA: Is any political intervention transmitted by your art?
LA: Yes. Any art is politic, if it’s sincere & engaged. A drawing is a vision of things, like a speech. I’ve never liked the “ligne claire”, a clean, cold drawing doesn’t reflect the world; the world isn’t clean. I try to put the entire world, with its contradictions, gray areas & ambiguities, in my drawings.

SA: What are the mean of words like: Ethic – humanism – religion – for you?
LA: Concepts.

SA: Are you laughing sometimes? why?
LA: Yes! Because it’s necessary not to become embittered, disillusioned, inactive, scared.

SA: What is funny stuff for you?
LA: Movies of João César Monteiro, Jacques Tati, for example, music of Erik Satie. 


SA: I see you are a very serious and engaged person – as for why you chose not only to draw but also to intervent?
LA: Yes, I’m serious & engaged, but distant in the same time. My drawing work has no importance…

SA: To where is your intervention directed?
LA: To those who may be interested.

SA: Do you like spaghetti if not – what is your preferred food?
LA: I LOVE spaghettis, & all of sorts of pasta. I love Korean, Japanese, Portuguese, Vietnamese, Lebanese, Moroccan… food too.

SA: Today is Sunday--- what are you doing now? 
LA: Nothing. Smoking a cigar, walking.

SA: Are you lazy sometimes?
LA: Yes, sometimes, but I don’t like it. I punish myself when I indulge in laziness, which is, according to me, a weakness. I know, it’s stupid.

SA: Color or black and white: what makes you choose one of the two in your creations?
LA: The choice depends on the content of the project, its orientation, its purpose, both of which determines the technique with which I will work. But the technical and financial requirements are also determinants (a print in black and white reveals often a financial decision).
To paint Faust with pigments in an analogical process, without any intervention of a computer except for the implementation of the typography, was a folly for me that I will never do again: too long and complicated to be digitalized. But I’m happy to have done it once.

SA: According your experience, what painting and comics have in common?

LA: Painting and comics have nothing in common and are quite different. One inherits a considerable history, overwhelming and requires knowledge in chemistry – a painter cares materials with which he paints –, the other is a young art born to the industrialization of the printing...

SA: Which artists have particularly influenced your work?
LA: Many have an influence on what I do, as Pierre Soulages and Johann Sebastian Bach influenced me by structure and rhythm. In general, I watch a lot of images. In the field of literature drawn, American comics has taught me from my youth. Philippe Druillet then took over. I am reading today the works of Jean-Christophe Menu, Blutch, Dave McKean, Lucas Méthé, Frédéric Coché... as well as those of German engravers of the Renaissance.

SA: What was the most interesting collaboration for you? Why?
LA: collaboration, beneath a polite and friendly side, is a daily struggle and requires a tussle at the same time impose and justify its own choice. All collaborations were interesting in themselves, although they were failures or successes. My two main collaborators were Lionel Tran and David Vandermeulen, which are both strong personalities and talent.

SA: Your next project?
LA: I do not know! To project myself into the future is not easy in this area. The current project, The Passion of the Anabaptists, is going to take until 2016 or 2017. Then everything is blurry. Maybe I will be disgusted with the comic and stop everything! Maybe I’ll paint abstract. Perhaps that future projects take shape in spite of myself parallel project that concerns me, I produced things short review for Jade, an anthology on the monstrosity (to be published in January 2013 editions Café Creed) for a workshop in prison led by Gilles Rochier ... These short stories allow me to talk about what I do, they also contain more words than pictures. Perhaps this is where I’m heading?
Seeing that I do not earn my living with comics, maybe I’ll devote more time to my work as a librarian at the National Library of France?

Laurent Ambre

Sous le pseudonyme Ambre, Laurent Sautet a crée sa propre revue Hard Luck en 1991 et la maison d’édition Terre Noire en 1997. Son premier ouvrage de bande dessinée paraît en 1996 et il publie de nombreux récits dans les revues Le cheval sans tête, Jade... Il adapte Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal en 2003 avec Lionel Tran et le Faust de Goethe en 2006 avec David Vandermeulen. Pour le projet La Passion des Anabaptistes, il décide d’étudier la gravure allemande de la Renaissance et radicalise son approche de la bande dessinée.

 
 

SA: Qui diable êtes-vous?
LA: Si je le savais!

SA: Où vivez-vous?
LA: Je vis actuellement à Paris.

SA: Comment?
LA: Je suis bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France où je suis chargé de la numérisation des manuscrits musicaux pour la bibliothèque numérique Gallica, en essayant de me lever très tôt tous les jours afin de dessiner avant de partir travailler. Le soir, j’évite de sortir ou de regarder la télévision pour dessiner à nouveau.

SA: Pourquoi avez-vous choisi ce médium pour vous exprimer?
LA: La bande dessinée est un art difficile mêlant des mots et des images, éléments antagonistes, et intégrant le temps et la narration. Je lis peu de bande dessinée, et je dois dire que je n’aime pas particulièrement cela; leur lecture est complexe.

SA: D’où vient cet intérêt pour la Renaissance? Ce style?
LA: Ce style que j’utilise en ce moment est spécifiquement approprié au projet de La passion des anabaptistes réalisé sur un texte de David Vandermeulen et qui traite d’évènements survenus dans l’empire germanique au XVIe siècle, à l’époque où étaient actifs Albrecht Dürer, Urs Graf, Hans Holbein, Lucas Cranach…

SA: Quel rôle joue la musique dans votre vie?
LA: Un très grand rôle; je travaille en écoutant constamment et à un volume assez fort de la musique lourde et agressive, mais aussi de la musique contemporaine, baroque… La musique intervient sur ce que je dessine en termes de structures et de rythmes.

SA: Quels sentiments dégagent votre graphisme? Je n’y vois pas la lumière…
LA: La lumière est là, je l’espère, je le crois, derrière l’obscurité.

SA: La plupart de vos travaux sont dominés par l’obscurité et les ombres, pourquoi?

LA: Je n’aime pas mes dessins, donc je les cache, je les camoufle, je les traite comme des maladies, je les efface.

SA: Croyez-vous en Dieu?
LA: Non, mais je n’en suis pas fier pour autant; La théologie et la spiritualité m’intéressent beaucoup.

SA: Avez-vous des convictions politiques?
LA: Oui, de plus en plus en fait, surtout depuis le mandat présidentiel précédent (2007-2012); mais je ne le montre pas frontalement. J’ai plus de questions que de réponses.

SA: Votre travail a-t-il un message politique?
LA: Oui. Tout travail est politique, si celui-ci est engagé et sincère. Un dessin est une vision du monde, un peu comme un discours. Je n’ai jamais été touché par la “ligne claire”, par exemple, qui est une vision du monde que je ne partage pas. J’aimerai faire entrer toutes les contradictions, les zones d’ombre et les ambiguïtés du monde dans mes dessins.

SA:Que signifient pour vous des mots comme: éthique – humanisme – religion?
LA: Des concepts.

SA: Riez-vous parfois, et pourquoi?
LA: Oui! L’humour est une distance nécessaire pour ne pas être aigri, désabusé, inactif, effrayé.

SA: Qu’est- ce qu’une œuvre humoristique selon vous?
LA: Les films de João César Monteiro et Jacques Tati, par exemple, ou la musique d’Erik Satie.

SA: Je vous vois comme quelqu’un de très sérieux et engagé…
LA: Oui, je suis sérieux et engagé, mais circonspect et distancié dans le même temps. Mon travail de dessin n'a guère d'importance…

SA: À qui vous adressez-vous?
LA: À celles et ceux qui seraient intéressés par ça.

SA: Aimez-vous les spaghettis, et si non, quelle est votre nourriture préférée?
LA: J’AIME les spaghettis, et toutes les sortes de pâtes, par ailleurs. J’adore aussi les cuisines coréenne (le bibimbap et le kimchi en particulier), japonaise, portuguaise, vietnamienne, libanaise, marocaine…

SA: C’est dimanche aujourd’hui; que faites-vous?
LA: Rien. Fumer un cigare, marcher.

SA: Êtes-vous parfois paresseux?
LA: Oui, parfois, mais je n'aime pas ça. Je me punis quand je me laisse aller à la paresse, qui est, selon moi, une faiblesse. Je sais, c'est stupide.

SA: Couleur ou noir et blanc: qu’est-ce qui vous fait choisir l’un des deux dans vos créations?
LA: Le choix dépend de la teneur du projet, de son orientation, de son propos, qui tous déterminent la technique avec laquelle je vais travailler. Mais les impératifs techniques et financiers sont tout aussi déterminants (le noir et blanc est souvent un choix financier).
Réaliser Faust en couleurs directes, c’est-à-dire de façon analogique sans aucune intervention informatique, hormis pour la mise en place du texte, a été pour moi une folie que je ne referai jamais: trop long et trop compliqué à numériser. Mais je suis heureux de l’avoir fait une fois.

SA: Selon votre expérience, qu’est-ce que la peinture et la bande dessinée ont en commun?
LA: La peinture et la bande dessinée n’ont rien en commun ; les enjeux en sont respectivement et tout à fait différents. L’une hérite d’une histoire considérable, écrasante et demande des connaissances en chimie - hormis si on conçoit un peintre qui se fiche des matériaux avec lesquels il peint -, l’autre est un art jeune issu de l’industrialisation de l’imprimerie et demande des connaissances en typographie, en imprimerie, mais aussi dans le domaine de la narration et de la littérature… dont elle est finalement proche.

SA: Quels artistes ont particulièrement influencé votre travail?
LA: Plein. Beaucoup ont une influence sur ce que je fais, comme Pierre Soulages, Johann Sebastian Bach qui influent tous deux sur la structure et le rythme. En général, je regarde beaucoup d’images. Dans le domaine de la littérature dessinée, l’école des comics américains m’a formé dès mon plus jeune âge. Philippe Druillet a ensuite pris le relais. Je scrute aujourd’hui les œuvres de Jean-Christophe Menu, Blutch, Dave McKean, Lucas Méthé, Frédéric Coché… ainsi que celles des graveurs germaniques de la Renaissance.

SA: Quelle a été la collaboration la plus intéressante pour vous? Pourquoi?
LA: Une collaboration, sous des dehors polis et aimables, est une empoignade permanente et oblige dans un même temps d’imposer et de justifier ses propres choix. Toutes les collaborations ont été intéressantes en elles-mêmes, qu’elles aient été des échecs ou des réussites. Mes deux principaux collaborateurs ont été Lionel Tran et David Vandermeulen, qui sont deux personnalités fortes et de grand talent.

SA: Vos prochains projets?
LA: Je ne sais pas! Se projeter dans l’avenir n’est pas facile dans ce domaine. Le projet actuel, La passion des anabaptistes, va m’occuper jusqu’en 2016 ou 2017. Tout est ensuite flou. Peut-être serai-je dégoûté de la bande dessinée au point de tout arrêter! Peut-être ferai-je de la peinture abstraite. Peut-être aussi que les futurs projets se dessinent malgré moi: parallèlement au projet qui m’occupe, j’ai produit des choses courtes pour la revue Jade, pour une anthologie sur la monstruosité (à paraître en janvier 2013 aux éditions Café Creed), pour un atelier en milieu carcéral dirigé par Gilles Rochier… Ces récits courts me permettent de parler de ce que je fais; ils contiennent d’ailleurs plus de mots que d’images. Peut-être est-ce vers quoi je me dirige?
Je ne vis pas de la bande dessinée; peut-être vais-je consacrer plus de temps à mon travail de bibliothécaire à la Bibliothèque nationale de France?


© 2001, 2014 SuccoAcido - All Rights Reserved
Reg. Court of Palermo (Italy) n°21, 19.10.2001
All images, photographs and illustrations are copyright of respective authors.
Copyright in Italy and abroad is held by the publisher Edizioni De Dieux or by freelance contributors. Edizioni De Dieux does not necessarily share the views expressed from respective contributors.

Bibliography, links, notes:

Bibliography:

AMBRE
Chute : deux récits de fin de siècle, Montpellier : 6 pieds sous terre éd., 1996, ISBN 2 910431 03 7
Trinité, Montpellier : 6 pieds sous terre, 2000, ISBN 2 910431 14 2
L'écrivain, Lyon : Terrenoire ; Marseille : Dernier cri, 2000
Une terre de difficultés, Lyon : Terrenoire ; Marseille : Dernier cri, 2000
Panoramique, Lyon : Terrenoire éd., 2005.
Strates : et autres récits, 1992-2001, Montpellier : 6 pieds sous terre, ISBN 978 2 35212 032-2

AMBRE & Lionel TRAN
Une année sans printemps, Montpellier : 6 pieds sous terre, 2001, ISBN 2 910431 20 7
Le journal d'un loser, Montpellier : 6 pieds sous terre, 2002, ISBN 2 910431 07 X
Une trop bruyante solitude, Montpellier : 6 pieds sous terre, 2002, ISBN 2 910431 38 X

AMBRE & David VANDERMEULEN
Faust, Frontignan : 6 pieds sous terre, 2006, ISBN 2 35212 005 5
La passion des anabaptistes I : Joß Fritz, Saint-Jean-de-Vedas : 6 Pieds sous Terre, 2010, ISBN 978 2 35212 063 6 

Pen: Marion Weber, Emilia Calabria, Laurent Ambre

Links:
http://www.pastis.org/ambre 
carnet-laurent.blogspot.com
lapassiondesanabaptistes.tumblr.com
ambre-laurentsautet.tumblr.com
totentanzinbildern.tumblr.com

 
 
  Register to post comments 
  Other articles in archive from Emilia Calabria 
  Send it to a friend
  Printable version


To subscribe and receive 4 SuccoAcido issues
onpaper >>>

To distribute in your city SuccoAcido onpaper >>>

To submit articles in SuccoAcido magazine >>>

 
Arbre
............................................................................................
Faust 02
............................................................................................
Faust 03
............................................................................................
............................................................................................
Scaph
............................................................................................
Hrabal - 46
............................................................................................
La Passion des Anabaptistes – Tome - I Joß Fritz - 02
............................................................................................
La Passion des Anabaptistes – Tome - I Joß Fritz - 12
............................................................................................
La Passion des Anabaptistes – Tome - I Joß Fritz - 13
............................................................................................
BonScott
............................................................................................
Golem
SuccoAcido Social.
DISCOVER SICILY

SuccoAcido #3 .:. Summer 2013
 
SA onpaper .:. back issues
 

Today's SuccoAcido Users.
 
Today's News.
 
Succoacido Manifesto.
 
SuccoAcido Home Pages.
 

Art >>>

Cinema >>>

Comics >>>

Music >>>

Theatre >>>

Writing >>>

Editorials >>>

Editorials.
 
EDIZIONI DE DIEUX
Today's Links.
 
FRIENDS
SuccoAcido Back Issues.
 
SuccoAcido Art Gallery.
 
SuccoAcido Comics Gallery.
 
Projects.
 
SuccoAcido Newsletter.
 
PARTNERS
Contributors.
 
Contacts.
 
Latest SuccoAcido Users.
 
De Dieux/\SuccoAcido records.
 
Stats.
 
today's users
today's page view
view complete stats
BECOME A DISTRIBUTOR
SuccoAcido Social.